Cours

  • La jupe, fixation des poches

    Autant abréger le suspens, cette jupe est toujours en cours. Après les galères sur pas assez de tissu et galères de patron à ajuster, j'ai quand même avancé en mettant des poches sur la jupe. (patron Burda)

    poche-sur-jupe-coloree-petit.jpg

    Oui, les couleurs ont été trafiquées pour ressembler aux couleurs réelles, et c'est pas gagné.

    J'ai surjeté et c'est vraiment génial, cette machine. On a à l'atelier, à notre disposition, une surjeteuse de compétition, avec la lame qui coupe le tissu et tout.

    surjeteuse-petit.jpg

    Après avoir donc surfilé/surjeté le bord arrondi de la poche, j'ai donc épinglé la poche pour arriver à la fixer sur la jupe (avec un repli, donc).

    epinglage-poche-avant-couture-petit.jpg

    couture, jupe

    Les couleurs sont à peu près fidèles sur ces photos.

    Et ensuite, on pique, zou.

    couture-poche-petit.jpg

  • La galère de la jupe

    Le deuxième cours de couture était ce soir, je me suis forcée à y aller car je suis malade (état grippal) et en arrêt maladie. Simplement, je souhaitais y participer pour ne pas perdre ma place et pour avoir un peu de chances de porter ma jupe avant Noël.

    Le verdict est tombé : il me faut racheter du tissu. J'étais bien déçue, non pas de ne pas pouvoir finir ce soir mais plutôt de la vendeuse de tissu qui m'a presque arnaquée en me vendant 15cm de moins que prévu. Cela m'oblige à racheter tout le coupon. Était-ce de l'étourderie ou une stratégie commerciale ?

    Pour revenir sur le cours, malgré le fait que je sois arrêtée et donc chez moi, je suis arrivée en retard, car je dormais encore à l'heure de me préparer pour y aller. Heureusement que mon chat m'a réveillée (elle voulait à manger). Mon arrivée tardive m'a faite m'asseoir auprès de femmes différentes de la dernière fois. Le seul homme n'est pas revenu, j'espère qu'il n'a pas abandonné.
    J'ai donc été assise près de celle qui râlait au cours précédent. Elle a fini par reporter sur le papier, et donc passer au système de patron. Elle m'a posé des questions sur les patrons, puisque j'en utilisais un. Elle ne comprenait pas pourquoi mes mesures étaient parfois en taille 42, parfois en taille 48. Je lui ai dit qu'il fallait demander à ma mère (sous-entendu pourquoi j'étais aussi mal foutue), mais elle n'a pas compris la blague. Je trouve qu'elle a un léger accent, alors je lui demanderais, plus tard, d'où elle vient.

    A un moment, la doyenne du cours est apparue à la porte (on utilise deux salles côte-à-côte), je la trouvais drôlement vêtue mais je n'ai pas osé faire de remarque. En fait, elle avait enfilé sa robe en gardant le pantalon en bas, pour essayage ! Cela expliquait son accoutrement.

    Sinon, mon autre voisine utilisait la surjeteuse pour se faire une robe en tissu extensible et synthétique. Cela me tente bien d'utiliser cette machine, moi aussi.

    Pour le moment, j'ai divisé la jupe en deux bandes. J'ai reporté le patron sur du papier pour découper ensuite les deux arc-de-cercles et les agrandir au passage (rapport à mon tour de taille en 48, et mes hanches en 44). En positionnant le patron sur le tissu, avec l'aide de la prof, on a vu que je pouvais couper le haut de ma jupe (sur 15cm) dans le velours rose-motifs cachemire et que je devrais racheter 1m30 de velours marron pour le reste. Pendant que mes collègues s'exclamaient : "j'ai terminé !" je ravalais un peu ma fierté de faire ma jupe.

    Je sens que je vais également racheter un autre velours, pour enchainer sur une jupe du même modèle d'une autre couleur, mais avec assez de tissu cette fois.
    Et en regardant de plus près, je me suis aperçue que ma jupe était taille basse. Ce n'est pas ce que j'avais prévu de faire !

    Je sens que mes prochains projets pour ce cours seront :
    - un top en tissu stretch
    - une jupe en Jersey
    Et au pire, au prochain cours, je coudrais un pantalon pour bébé avec tout ce velours en trop !

  • Premier cours de l'année

    Cette année, pour être certaine d'avoir le temps de coudre, j'ai choisi de m'inscrire aux cours de couture du Centre Social près de chez moi. Le tarif est au quotient familial, c'est à dire au prorata des revenus du foyer.

    Pour moi-même, je note ici mes progrès et les péripéties du cours de couture. Si je l'ose, je prendrais des photos.

    La liste de fournitures avant le cours me paraissait très étendue, car il fallait apporter :

    • patron
    • tissu
    • fil à coudre (logique, il faut qu'il soit assorti au tissu)
    • papier à patron
    • ciseaux à tissu
    • petits ciseaux
    • roulette
    • craie de tailleur
    • mètre ruban
    • épingles
    • aiguilles
    • dé à coudre

    Et il y avait encore d'autres choses, mais au final, il fallait surtout du tissu et le fil assorti, son patron si on avait déjà une idée en tête. Et des ciseaux à tissu, des petits ciseaux de couturière, des ciseaux pour les patrons (que j'avais oubliés, la honte), un mètre-ruban, une craie tailleur et des épingles. Et voilà tout.

    Arrivée un poil en retard, après une longue journée, j'étais assoiffée, aussi ne me suis-je pas trop étendue sur ce que je savais déjà faire (et passer après 7 nanas qui se disent débutantes et effrayées par la Machine A Coudre, pas si simple quand on adore les machines en tous genres). Notons qu'un homme s'est aventuré parmi nous. Et je le comprends, il mesure 2m environ, donc trouver des vêtements à sa taille doit être horriblement difficile. Autant qu'il les couse lui-même !

    J'ai évidemment du mauvais matériel, avec mes épingles à tête ronde qui fondent sous le fer à repasser (je ne repasse jamais avec les épingles, c'est pour ça que je n'ai jamais rencontré ce problème), mon mètre ruban qui est dans un enrouleur automatique au lieu d'être à plat, et mes ciseaux à tissu qui ne se démontent pas pour l'affûtage (des ciseaux Ikea, qui ont un écrou et qui se démontent, je le soutiens...mais je n'ai jamais eu à les affûter encore).

    Cependant, j'ai par la suite, insisté pour ne pas subir un n-ième cours de manipulation de machine, et aller plutôt découper ma jupe.

    Pendant que je repassais, une nénette s'est faite remonter les bretelles car elle voulait bien écouter les conseils de la prof, mais pas les suivre. Elle disait : "oui, mais j'aurais bien commencé par la ceinture de mon pantalon" quand la prof lui disait de commencer par les côtés, et que la ceinture irait en dernier. "Oui mais j'aimerais bien enlever quelques centimètres en haut" quand la prof lui répétait de commencer par les côtés.

    Seulement, j'avais oublié que pour la bande de couleur différente, j'avais acheté un peu moins du tissu principal et pas beaucoup de tissu pour la bande...sans oublier la doublure qui sera une jupe fendue et droite, rien à voir avec la jupe principale.

    Le stress m'a envahie quand après avoir fait prendre mes mesures par une collègue avenante et serviable (maigre comme un clou, qui n'osait pas trop me toucher, moi assez grasse), j'ai eu choisi ma taille entre les 4 tailles (je suis mal foutue, ne cherche pas) et que j'ai constaté que les éléments du patron ne rentraient pas sur le tissu soigneusement repassé et plié en deux. La prof a proposé d'élargir un peu la taille, rapport aux hanches, tout ça. Et m'a proposé de couper mes éléments de patron pour avoir le patron de la bande et le patron principal.

    Du coup, je continuerais la semaine prochaine...étant évident que cette semaine, je n'aurais guère le temps.

  • Le retour de la couture

    Pour me motiver (et surtout pour progresser), je me suis inscrite à un cours de couture près de chez moi. J'ai deux projets déjà en tête :

    1. une jupe d'hiver
      en velours milleraies, avec une bande en bas d'un autre motif,
      à taille élastique,
      avec des poches,
      ample pour la mettre en vélo, sans qu'on voie ma culotte,
      avec une doublure (rapport au velours choisi qui est léger)
    2. une robe avec des manches
      ce sera mon second projet et je n'ai pas encore défini la forme de la robe

    Tous les mardis soirs, j'irais donc, à partir du 4 octobre coudre un peu.

  • Et hop, des photos de mon coussin étoile

    A la demande de mes nombreux lecteurs, j'ai ajouté des photos de mon superbe coussin à l'article concerné.
    En voici deux autres, déjà une photo pour apprécier la taille de mon œuvre : 30cm de diamètre, je pense.

    coussin-taille.jpg

    Ensuite, un détail de la fermeture éclair mal cousue. Je l'ai décousue-recousue trois fois, sans réussir mon coup. Au bout d'un moment, j'ai laissé en l'état, pensant que cela me servirait de leçon.
    zip-detail.jpg

  • Atelier Coussins

    Mon geek m'a offert un coffret cadeau Atelier Créatif sur Paris. J'ai choisi l'atelier Coussins de Matière Active. J'en suis globalement satisfaite.

    face.jpg

    S'inscrire

    L'atelier dure 3h, c'est tout près de chez moi et je m'en félicite, puisque j'ai choisi le matin, et 9h45, c'est tôt pour un samedi.

    J'ai détesté toutes les démarches à faire pour valider, confirmer...il fallait que j'envoie par la Poste un chèque de caution. Non seulement, c'était un cadeau (je n'ai pas à connaître le prix) mais en plus, il me fallait trouver une enveloppe, un stylo et un timbre, sans parler du chéquier. Bref, premier contact avec Matière Active qui ne m'a pas plu.


    Avant l'atelier

    Le jour dit, à l'heure convenue, me voilà à patienter devant la boutique, et on se les gèle. Toutes les filles (aucun homme à l'horizon) ont l'œil hagard et l'air engourdi par le froid. Puis, à l'heure exacte, la boutique ouvre, et nous entrons au chaud. Nous émargeons et nous dirigeons vers le sous-sol, bien plus vaste que la boutique.

    Trois ateliers ont lieu en simultané, et nous ne sommes pas serrées. Chaque atelier a lieu autour d'une grande table, je me retrouve avec trois autres filles, qui veulent coudre des sacs à mains.
    Nous entendons l'atelier feutrage commencer et au loin, l'atelier mosaïque se mettre en route aussi.


    L'atelier Coussins

    Durant 3h, une animatrice-couturière m'a aidée, ainsi que trois autres participantes à réaliser un ouvrage de couture. J'ai choisi Coussins & Co, car je souhaitais apprendre à mettre une fermeture éclair. Notre animatrice est embêtée au départ de ma demande, mais finit par me dégotter un zip dans un tiroir. Je choisis de faire le coussin en forme d'étoile à cinq branches.

    Nous commençons par choisir des tissus (deux différents pour moi, trois pour les couseuses de sacs), en nous basant sur les ouvrages finis, quant au rendu que cela donnera.
    coussin-biface-2.jpg

    L'atelier suit les étapes classiques d'un ouvrage en couture : tracer, couper, épingler, coudre. Nous sollicitons l'animatrice pour qu'elle valide chacun de nos choix (coupe, assemblage).
    Je n'ai aucune frayeur par rapport à la machine à coudre : j'aime les machines (à coudre, mais aussi ordi, micro-ondes, etc.) et j'ai droit à une Pfaff d'un joli rose fuschia. Les autres filles, par contre, poussent des cris quand on pose les machines, stockées par terre, sur la table. Elles ont eu des expériences malheureuses, on dirait.


    Ce que j'en dit

    J'ai appris à bâtir mon ouvrage avant de le coudre. J'ai appris que ce n'était pas snob de bâtir. Je me suis rendue comtpe que j'avais de bons réflexes (les épingles toujours dans le pot), merci maman !
    J'ai apprécié les petits conseils avisés sur le choix du tissu, ainsi que durant tout l'atelier et même juste avant de repartir.
    Je regrette de ne pas avoir eu de bourre pour remplir mon coussin, c'est le plus dommageable, pour un atelier Coussins.

    pile.jpg


    Mon coussin a été fini à la maison, et rempli de restes de papier cadeau (récup'). Il a fait son effet auprès des copains, et je crois que j'aurais dû décalquer son patron avant de le coudre, pour lui faire un jumeau !